La fécondité régionale diminue et rejoint le niveau métropolitain

publié par Insee - Hauts-de-France le 13 octobre 2021

Dans les Hauts-de-France, la baisse des naissances s’explique en partie par le recul de la fécondité, mesurée par l’indice conjoncturel de fécondité (ICF). Longtemps supérieur à la moyenne métropolitaine, il le rejoint désormais (1,86 contre 1,84 en 2018). Bien que la fécondité des femmes étrangères soit plus élevée que celle des Françaises, leur moindre présence dans les Hauts-de-France pèse peu sur la fécondité régionale. De fortes disparités territoriales existent cependant. Les arrondissements du sud de la région présentent ainsi les ICF les plus élevés de la région, en lien avec une surreprésentation de femmes étrangères. Dans le bassin minier, la plus forte fécondité est plus à rapprocher du contexte socio-économique défavorable.

Voir l'étude