Une baisse des actifs plus marquée en Belgique d’ici 2030

publié par Insee - Hauts-de-France le 10 février 2020

Si le chômage est plus faible côté belge que dans la région, l’emploi frontalier ne concerne aujourd’hui que 24 000 travailleurs en Hauts-de-France, alors que le besoin en main d’œuvre est important en Flandre belge.

À l’horizon 2030, le nombre d’actifs de moins de 65 ans devrait légèrement diminuer dans la région. Dans le même temps, il devrait baisser plus fortement en Belgique. La baisse des actifs serait plus limitée en Hauts-de-France grâce à la jeunesse de la population et la hausse du taux d’activité des 55‑64 ans. En Belgique, le recul de la population active serait atténué par l’excédent migratoire. De part et d’autre de la frontière, une baisse importante du nombre d’actifs est attendue en Flandre belge et dans la zone d’emploi de Dunkerque. En revanche, les actifs devraient augmenter dans les zones d’emploi de Roubaix-Tourcoing, Lille et Valenciennes et dans les arrondissements de Mouscron et Ath. Ailleurs, le nombre d’actifs devrait se stabiliser voire légèrement diminuer.

Voir l'étude