Quitter la région ou s’y installer : une démarche peu fréquente

publié par Insee - Hauts-de-France le 13 juillet 2017

En 2014, 63 000 habitants qui résidaient un an auparavant dans une autre région sont venus s’installer dans les Hauts-de-France tandis que 80 000 ont fait le chemin inverse. Les Hauts-de-France sont ainsi la région de province la plus déficitaire au jeu des migrations résidentielles. La région présente aussi la particularité d’avoir relativement peu d’échanges de population avec les autres régions.

Le déficit migratoire qui apparaît important en termes de volume chez les jeunes n’est finalement pas plus défavorable que pour le reste de la population. Les flux d’arrivées compensent notamment les départs chez les étudiants. La région souffre malgré tout d’un manque d’attractivité auprès des jeunes actifs. Cette situation est particulièrement marquée chez les cadres, par définition plus mobiles. Le déficit migratoire dans les Hauts-de-France atteint un maximum chez les seniors, notamment parmi les sexagénaires, qui profitent de leur retraite pour aller s’installer dans une autre région.

Voir l'étude