Observatoire de la sensibilité aux risques de décrochage social et urbain : Analyse des données de l’Association Régionale pour l’Habitat Nord – Pas-d

publié par Piver le 6 juillet 2009

Les cités minières connaissent actuellement un renouvellement de leur population lié à la disparition progressive des ayants droit des mines et à leur remplacement par des locataires. Cette tendance est appelée à s’amplifier dans les prochaines années compte tenu de l’âge des ayants droit et des fortes disparités en termes de répartition géographique de ceux-ci.

Ce processus amène à s’interroger sur l’évolution sociale du parc minier et de sa population, notamment dans le cadre de la mise en œuvre des politiques de l’habitat ou de renouvellement urbain portées par les collectivités territoriales, et donc à devoir caractériser à la fois l’offre en logements (état de rénovation, typologie…), l’état d’occupation du parc et les évolutions sociales (proportion d’ayants droit, de locataires, profils socio-économiques des « nouveaux entrants ») ainsi que les mécanismes de renouvellement de populations engagés et les risques éventuellement liés.

Une première analyse diffusée en juin 2008 par la Mission Bassin Minier et menée à partir des données de l’observatoire du logement 2006 de la Soginorpa, faisait apparaître un processus général de paupérisation des cités minières lié au remplacement des ayants droit par des locataires plus fragiles sur le plan socio-économique. Ce processus n’affecte toutefois pas de manière homogène le bassin minier. Ainsi, le profil des nouveaux entrants dans la partie Est du bassin minier est davantage marqué par les difficultés que dans les parties centrale et Ouest. Les caractéristiques du parc minier (typologie des logements – ancienneté des rénovations – etc.), son poids ainsi que son positionnement au sein des marchés locaux de l’habitat expliquent cette nette différenciation territoriale.

Les résultats de cette première approche ont conduit à élargir le champ d’investigation au parc locatif social ; l’objectif étant de disposer d’un cadre de référence territorialisé qui permette d’apprécier avec finesse l’évolution du peuplement des cités minières de la Soginorpa. Dans le cadre d’un partenariat de travail avec l’Association Régionale pour l’Habitat Nord – Pas-de-Calais, la Mission Bassin Minier pu engager une analyse comparative du profil des nouveaux entrants en 2007 dans le parc de la Soginorpa et dans le parc locatif social à l’échelle des communes. Les résultats de ces analyses ont d’une part confirmé les observations faites précédemment à partir des données de la Soginorpa, à savoir la paupérisation du parc minier, et ont d’autre part permis de préciser le positionnement de ce parc par rapport au parc locatif social.

Voir l'étude