Les familles : plus en difficulté dans les centres urbains, plus favorisées dans les couronnes périurbaines

publié par Piver le 21 janvier 2016

Les familles : plus en difficulté dans les centres urbains, plus favorisées dans les couronnes périurbaines

Imprimer la page

Julien Jamme (Insee)
Résumé

Le modèle familial le plus courant, c’est-à-dire deux parents et un ou plusieurs enfants, est plus fréquent dans les départements de la région qu’en France métropolitaine, excepté dans le Nord où la monoparentalité est la plus forte. Le Nord-Pas-de-Calais-Picardie est la région qui compte la plus grande proportion de familles nombreuses.

Avec de nombreux actifs ayant un emploi en région parisienne, l’Oise compte relativement moins de familles dont aucun parent n’est en emploi (9,8 %), que la France métropolitaine (10,5 %), nettement en dessous du taux régional (14,7 %). Ce département fait figure d’exception dans la région.

Le mouvement de périurbanisation qui touche la France depuis la fin des années 1970 pousse une partie de la population à vivre dans des zones toujours plus éloignées des pôles urbains tout en restant dépendante de leur offre d’emplois, de services publics, de grandes surfaces de commerce, d’établissements de santé, etc. Ce mouvement ne concerne pas toutes les familles de la même façon. Les territoires se spécialisent assez fortement : dans les centres urbains, se concentrent les familles les plus en difficulté, dans les couronnes périurbaines, les familles plus favorisées.

Voir l'étude