Dossier de conjoncture à fin juin 2014

publié par Piver le 6 novembre 2014

Pour la première fois depuis trois ans, le Nord – Pas-de-Calais renoue avec les créations d’emploi (+0,2 %). Cette amélioration repose sur le dynamisme de l’intérim. D’avril à juin, 2 000 emplois temporaires ont été créés dans les secteurs concurrentiels, un niveau sans précédent depuis quatre ans.
Hors travail temporaire, 600 postes ont disparu des secteurs concurrentiels, annulant les faibles créations d’emploi enregistrées en début d’année.
En réaffectant chaque intérimaire à son secteur utilisateur, seule la construction échappe à l’amélioration observée ce trimestre. Ce secteur subit un décrochage significatif depuis deux ans, à distance de la crise économique de 2008. Les fermetures successives réduisent le recours à l’intérim dans le BTP, devenant inférieur aux besoins dans l’industrie, pour la première fois depuis les années 2000.
Face aux baisses d’activité, les offres d’emploi proposées dans la construction déclinent, qu’elles soient limitées à six mois (-8 %) ou plus durables (-6 %). En région, cette réduction des offres couplée à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi entrainent un repli de l’indicateur de tension sur le marché du travail.
Fin juin, 376 400 personnes sont inscrites à Pôle emploi, un niveau historique dans le Nord – Pas-de-Calais. Néanmoins, la dégradation du marché du travail reste mesurée en région au regard de l’évolution nationale sur le trimestre et plus encore sur l’année (+3,0 % contre +5,1 %).
La demande d’emploi des moins de 25 ans est désormais en baisse depuis plus d’un an. Si le chômage des jeunes recule, les seniors continuent à être touchés par la hausse la plus sensible du chômage sur un an (+10,2 %).
À l’exception de mars 2014, le chômage de longue durée est en hausse continue depuis la crise économique survenue six ans auparavant. Fin juin, 177 800 personnes sont devenues inscrites à Pôle emploi depuis plus d’un an. Parmi elles, un tiers est en demande d’emploi depuis plus de trois ans.
Les variations combinées de l’emploi et de la population active entrainent une baisse de -0,1 point du taux de chômage. Désormais, 12,7 % de la population active se déclare au chômage dans le Nord – Pas-de-Calais.

Voir l'étude