20 700 projets de recrutement en Belgique frontalière – BMO transfrontalière 2014 – Eclairages et synthèses n°01

publié par Piver le 1 juillet 2014

Près des trois quarts des frontaliers français travaillant en Belgique sont des résidents du Nord – Pas de Calais. C’est dire l’importance des échanges dans cette partie de la zone frontalière belge avec la France. L’accessibilité géographique et la densité du tissu économique, ainsi qu’un chômage nettement plus faible qu’en France font de ce territoire, un territoire attractif sur le plan de l’emploi. Dès lors, la connaissance du marché du travail transfrontalier constitue pour les services publics de l’emploi belges et français n outil partagé permettant d’aider les demandeurs d’emploi à élargir leur champ de recherche géographique. L’enquête Besoins en Main-d’Oeuvre, réalisée par Pôle emploi dans le cadre d’Eureschannel, permet, en interrogeant les entreprises de chaque côté de la frontière sur leurs projets de recrutement en 2014, de favoriser la mobilité géographique en améliorant la lisibilité sur les opportunités. Ainsi, en janvier 2014, les employeurs de la Belgique frontalière prévoyaient 20 700 projets de recrutement pour l’année en cours. Les besoins des entreprises de cette zone belge frontalière sont parfois différents, voire complémentaires à ceux des établissements implantés en région Nord – Pas de Calais.

Voir l'étude