RSS
Suivre par Email

Trajectoires et retour à l’emploi au troisième trimestre 2023

publié par FRANCE TRAVAIL Hauts-de-France le 15 février 2024

Au cours du troisième trimestre 2023, plus de 97 400 demandeurs d’emploi inscrits en catégories A ou B ont accédé à un emploi d’un mois ou plus. Ce chiffre est en baisse de 6,0% par rapport au 3ème trimestre 2022 et de 8,5% par rapport au 3ème trimestre 2019. Sur cette même période, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A et B a augmenté de 0,3%. Ainsi, le taux mensuel moyen d’accès à l’emploi s’établit à 8,7% au 3ème trimestre 2023. Celui-ci baisse par rapport à 2022 de 0,5 point mais est supérieur de 0,5 point au troisième trimestre 2019.

Sur un an glissant, près de 355 000 reprises d’emploi ont été enregistrées. Ce chiffre est en baisse annuelle de 7,5%.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

L’essentiel des rencontres thématiques – nouveaux modèles économiques et professionnels

publié par Piver le 13 février 2024

Parmi les rencontres régionales dédiées aux transitions territoriales, deux sont
consacrées aux transitions économiques ; elles permettront d’aborder le sujet sous
l’angle des nouveaux modèles économiques, des changements dans les métiers ou les
secteurs d’activité, des évolutions technologiques majeures et des politiques publiques
en particulier dans les territoires. A l’occasion de la 41e rencontre programmée le
6 février, nous nous intéresserons dans un premier temps aux nouveaux modèles
économiques émergeant notamment des transitions environnementales. Puis, dans
un monde professionnel en continuelle adaptation, nous évoquerons les transitions
professionnelles via notamment les travaux les plus récents en matière de Prospective
Métiers Qualification (PMQ). En fin de rencontre, nous nous intéresserons aux outils
mis à disposition des acteurs économiques locaux pour accompagner ces transitions
économiques.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Malgré un regain d’attractivité, les Hauts-de-France perdent encore des habitants en 2021

publié par Insee - Hauts-de-France le

Caroline Victoor, Noémie Grandperrin, (Insee)

En 2021, 68 200 habitants qui résidaient auparavant dans une autre région se sont installés dans les Hauts-de-France et 74 700 ont fait le chemin inverse. Ainsi, la région reste la plus déficitaire de province au jeu des migrations résidentielles. Si les déménagements demeurent majoritairement internes à chaque département, les arrivées en provenance d’autres régions ont progressé. Sous l’effet de la périurbanisation, les pôles perdent en attractivité. En 2021, les personnes quittant la région ou, au contraire, qui y emménagent, sont plus âgées et plus souvent en emploi, comparées à celles de 2019.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Plus de 20 000 personnes vivent dans une zone exposée à l’aléa submersion marine

publié par Insee - Hauts-de-France le

Sophie Éblé, Amélie Fievet, Julie Dufeutrelle (Insee)

En 2021, dans les Hauts-de-France, 21 500 personnes vivent dans un territoire soumis à un plan de prévention lié à la submersion marine. Parmi elles, environ 1 700 sont particulièrement vulnérables (jeunes enfants et personnes très âgées). Facteur de risque supplémentaire, trois habitants concernés sur dix occupent une maison sans étage ou un appartement en rez-de-chaussée. Trois grands établissements de plus de 250 salariés, dont un hôpital, présentent un enjeu spécifique en cas d’évacuation. Dans les zones exposées de la Baie de Somme, les personnes âgées sont plus nombreuses et la population réside plus souvent dans une zone classée en risque de submersion élevé (aléas fort et très fort). Ce niveau de risque concerne également une grande part de la zone du Calaisis, et dans une moindre mesure celles du Boulonnais et du Montreuillois. Le fort attrait touristique de la Baie de Somme renforce les enjeux en période estivale avec une hausse de la population et des emplois. La zone de Dunkerque – Bray-Dunes, moins étendue et plus urbanisée, est globalement moins exposée aux aléas forts et très forts, comme celle de Gravelines – Oye-Plage.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Davantage de logements vacants dans les zones les plus rurales des Hauts-de-France

publié par Insee - Hauts-de-France le

Catherine Barkovic, Noémie Grandperrin (Insee)

Depuis 2009, le nombre de logements vacants a sensiblement augmenté dans les Hauts-de-France. Ainsi, en 2020, près de 8 % des logements de la région sont inoccupés, soit un taux de vacance proche de la moyenne nationale. La vacance des logements est plus prononcée dans les départements en déclin démographique, et notamment dans les territoires les plus ruraux de la région. Inversement, les zones rurales périurbaines qui gagnent des habitants, affichent des taux de logements vacants plus faibles.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

La situation du marché du travail se dégrade en Hauts-de-France au 3e trimestre

publié par Insee - Hauts-de-France le

Note de conjoncture régionale – 3e trimestre 2023

Jean Bresner, Delphine Léglise, Caroline Victoor (Insee), Pascale Hennebert (Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités)

Au 3e trimestre 2023, si l’emploi continue à progresser légèrement au niveau national, il diminue en Hauts-de-France. Les gains d’emplois dans l’industrie et la construction ne compensent pas les pertes dans le tertiaire. En particulier, les effectifs intérimaires reculent, se situant désormais bien en deçà de leur niveau d’avant crise sanitaire. Comme au niveau national, le taux de chômage augmente à nouveau ce trimestre et après 3 années de baisse continue, la demande d’emploi repart également à la hausse. Comme au trimestre précédent, le nombre des permis de construire de logements croît tandis que celui des mises en chantier chute. Dans l’hôtellerie, l’excellent mois de septembre a compensé une partie de la baisse de fréquentation en juillet et août tandis que dans l’hôtellerie de plein air, les résultats sont au beau fixe sur les trois mois. Portée par le dynamisme des nouvelles micro-entreprises, la création d’entreprises progresse. Les dépôts de bilan continuent d’augmenter.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Un accès à la propriété devenu plus difficile Jérôme Fabre, Benoît Riem (Insee)

publié par Insee - Hauts-de-France le

Jérôme Fabre, Benoît Riem (Insee)

 

Après un essor considérable du marché de l’immobilier consécutif à la pandémie de 2020, 2022 marque un retournement important. En Hauts-de-France, le nombre de transactions au quatrième trimestre 2022 chute de 31 % par rapport à la même période en 2021, une baisse toutefois plus contenue qu’au niveau national (-41 %).

Dans un contexte d’inflation et de resserrement des politiques monétaires, les banques durcissent leurs conditions d’accès au crédit, notamment via une hausse brutale des taux de crédit et la demande d’un apport plus conséquent face à des prix immobiliers qui restent élevés. Tous ces facteurs pèsent fortement dans l’accès à la propriété, en particulier pour les primo-accédants les plus modestes.

Entre 2021 et 2022, le retournement du marché immobilier a davantage touché l’ouest de la région, territoire très dynamique les années précédentes.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Thema N°6 – Caractéristiques des zones d’activité économique du Grand Amiénois

publié par ADUGA - Agence de Développement et d'Urbanisme du Grand Amiénois le 9 février 2024

La démarche d’étude, valorisée dans cette publication, présente une double finalité, celle de contribuer à une meilleure connaissance de la réalité du poids économique de ces ZAE dans le tissu local, mais aussi celle d’appréhender les potentiels fonciers qui peuvent s’y trouver (terrains en réserve, locaux vacants, parcelles en déshérence) au moment où les collectivités cherchent les voies opérationnelles pour mettre en œuvre la « zéro artificialisation nette ».
Le Grand Amiénois, composé de huit intercommunalités, regroupe 53 Zones d’activité économique (ZAE). Par le terme de zone d’activité on entend un ensemble géographiquement cohérent d’activités économiques, issu d’initiative publique ou privée, et figurant au sein des documents d’urbanisme (zone Ue).
Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Hébergement et habitat des personnes âgées dans l’Oise

publié par OISE-LES-VALLEES le

Avec l’augmentation du poids démographique des personnes âgées, observée tant sur le plan national que départemental, il s’avère nécessaire de repenser les politiques publiques gérontologiques et de développer une offre d’habitat et d’hébergement adaptée aux besoins.

Dans ce cadre, le 23 novembre 2023, une proposition de loi pour “bâtir la société du bien vieillir” a été adoptée par l’Assemblée nationale. Cette loi précise le cadre de gouvernance de la politique personnes âgées avec la création d’une conférence nationale de l’autonomie et de conférences territoriales de l’autonomie. Ces dernières coordonneront les dispositifs en matière d’autonomie mis en œuvre à l’échelle départementale.

Compte-tenu de ce contexte, l’Agence d’urbanisme Oise-les-Vallées a entrepris la réalisation d’une étude concernant l’hébergement et l’habitat des personnes âgées dans l’Oise afin d’établir un état des lieux de la situation en cours dans le département.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les Chiffres-Clés en Hauts de France au 4e trimestre 2023

publié par FRANCE TRAVAIL Hauts-de-France le 6 février 2024

France travail Hauts-de-France dispose d’outils statistiques qui permettent une analyse de la situation du marché du travail.

Aussi, retrouvez les principaux indicateurs socio-économiques sur le marché du travail, la conjoncture et l’emploi dans le document synthétique « Les Chiffres Clés ».

Ce document est décliné au format régional et départemental.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Tendances & Co n°26 – janvier 2024

publié par Chambre Régionale d'Agriculture des Hauts-de-France le

 

 

Notre dernière publication TENDANCES & CO n°26 de janvier 2024

Au sommaire de ce numéro 26 : Un ZOOM sur l’enquête d’opinion annuelle réalisée auprès des agriculteurs des Hauts-de-France.

Vous trouverez également dans ce numéro :

  • Les indicateurs-clés du trimestre
  • Les comptes prévisionnels de l’agriculture
  • Un focus sur la filière pommes de terre
  • Des brèves d’informations économiques en dernière page

 

 

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Synthèse – Le sud de l’Oise : Impact de la pression de l’Île-de-France sur l’aménagement du territoire

publié par Piver le 5 février 2024

Dans le sud de l’Oise, la coexistence d’espaces très
contrastés sur les plans démographique, social et
économique engendre la mise en oeuvre d’actions
concertées en matière d’aménagement du territoire
et plus particulièrement dans le contexte actuel de
transitions économiques.
La rencontre territoriale consacrée au sud de l’Oise a
pour objectif d’éclairer et d’échanger sur les impacts du
rayonnement de l’Île-de-France sur l’aménagement de
ce territoire dans le contexte actuel de fortes transitions
environnementales.
Après un état des lieux des situations démographiques
et économiques et une analyse des conséquences
de la pression urbaine francilienne sur les évolutions
du bâti, seront présentés aux acteurs, quelques
outils à la disposition des territoires afin d’harmoniser
développement et préservation des espaces.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Baromètre social de la Wallonie 2023

publié par Institut Wallon de l'évaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) le

Le Baromètre social de la Wallonie (BSW) est une enquête réalisée par l’IWEPS auprès d’un échantillon de 1 867 personnes vivant en Wallonie et représentatif de la population de 18 ans et plus. Cette enquête est réalisée depuis 2003 à intervalle régulier sur des questions comme le sentiment d’appartenance, la confiance dans les institutions, le fonctionnement de la démocratie ou encore les relations sociales… En plus d’établir le constat pour l’année 2023, le rapport met en lumière l’évolution des attitudes depuis 2003.

Ecoutez aussi le 11e épisode du podcast de l’IWEPS consacré à ce Regards statistiques https://www.iweps.be/podcast-de-liweps/

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Plus de 20 000 personnes vivent dans une zone exposée à l’aléa submersion marine

publié par Piver le

Sophie Éblé, Amélie Fievet, Julie Dufeutrelle (Insee)

En 2021, dans les Hauts-de-France, 21 500 personnes vivent dans un territoire soumis à un plan de prévention lié à la submersion marine. Parmi elles, environ 1 700 sont particulièrement vulnérables (jeunes enfants et personnes très âgées). Facteur de risque supplémentaire, trois habitants concernés sur dix occupent une maison sans étage ou un appartement en rez-de-chaussée. Trois grands établissements de plus de 250 salariés, dont un hôpital, présentent un enjeu spécifique en cas d’évacuation. Dans les zones exposées de la Baie de Somme, les personnes âgées sont plus nombreuses et la population réside plus souvent dans une zone classée en risque de submersion élevé (aléas fort et très fort). Ce niveau de risque concerne également une grande part de la zone du Calaisis, et dans une moindre mesure celles du Boulonnais et du Montreuillois. Le fort attrait touristique de la Baie de Somme renforce les enjeux en période estivale avec une hausse de la population et des emplois. La zone de Dunkerque – Bray-Dunes, moins étendue et plus urbanisée, est globalement moins exposée aux aléas forts et très forts, comme celle de Gravelines – Oye-Plage.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les fermes engagées dans une démarche agro-écologique en 2022

publié par DRAAF des Hauts-de-France le 23 janvier 2024

Dans le cadre de l’Obervatoire Régional de l’Agro-Ecologie (ORAE), un travail d’identification des exploitations engagées dans au moins une démarche de transition agro-écologique en 2022 a été réalisé par la DRAAF des Hauts-de-France et la Région Hauts-de-France en partenariat avec l’ensemble des membres de l’ORAE. Les résultats issus de ce travail sont synthétisés dans cette infographie.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Bilan des contractualisations en MAEC, CAB et MAB sur la période 2015-2022

publié par DRAAF des Hauts-de-France le

Le présent dossier dresse un bilan quantitatif des engagements souscrits sur la période 2015-2022 en région Hauts-de-France dans les dispositifs des MAEC (mesures agro-environnementales et climatiques) et des aides en faveur de l’agriculture biologique (dispositifs CAB et MAB).

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Davantage de logements vacants dans les zones les plus rurales des Hauts-de-France

publié par Piver le 16 janvier 2024

Catherine Barkovic, Noémie Grandperrin (Insee)

Depuis 2009, le nombre de logements vacants a sensiblement augmenté dans les Hauts-de-France. Ainsi, en 2020, près de 8 % des logements de la région sont inoccupés, soit un taux de vacance proche de la moyenne nationale. La vacance des logements est plus prononcée dans les départements en déclin démographique, et notamment dans les territoires les plus ruraux de la région. Inversement, les zones rurales périurbaines qui gagnent des habitants, affichent des taux de logements vacants plus faibles.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Participation et projet de territoire : une alliance évidente !

publié par Cerdd (Centre Ressource du Développement Durable) le 15 janvier 2024

La participation citoyenne est incontournable pour accélérer la transition écologique. Une évidence ? Pas tant que cela, si l’on regarde les contraintes auxquelles nous renvoient ces ambitions participatives : organisationnelles, financières, culturelles… Et pourtant, les expériences et méthodes sont nombreuses. Pour cette troisième édition de notre collection « Interview d’expert·e », nous avons rencontré Christian Leroy, président de la Communauté de communes du Pays de Lumbres.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

La situation du marché du travail se dégrade en Hauts-de-France au 3e trimestre

publié par Piver le 11 janvier 2024

Note de conjoncture régionale – 3e trimestre 2023

Jean Bresner, Delphine Léglise, Caroline Victoor (Insee), Pascale Hennebert (Direction régionale de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités)

Au 3e trimestre 2023, si l’emploi continue à progresser légèrement au niveau national, il diminue en Hauts-de-France. Les gains d’emplois dans l’industrie et la construction ne compensent pas les pertes dans le tertiaire. En particulier, les effectifs intérimaires reculent, se situant désormais bien en deçà de leur niveau d’avant crise sanitaire. Comme au niveau national, le taux de chômage augmente à nouveau ce trimestre et après 3 années de baisse continue, la demande d’emploi repart également à la hausse. Comme au trimestre précédent, le nombre des permis de construire de logements croît tandis que celui des mises en chantier chute. Dans l’hôtellerie, l’excellent mois de septembre a compensé une partie de la baisse de fréquentation en juillet et août tandis que dans l’hôtellerie de plein air, les résultats sont au beau fixe sur les trois mois. Portée par le dynamisme des nouvelles micro-entreprises, la création d’entreprises progresse. Les dépôts de bilan continuent d’augmenter.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Un accès à la propriété devenu plus difficile

publié par Piver le

Jérôme Fabre, Benoît Riem (Insee)

Après un essor considérable du marché de l’immobilier consécutif à la pandémie de 2020, 2022 marque un retournement important. En Hauts-de-France, le nombre de transactions au quatrième trimestre 2022 chute de 31 % par rapport à la même période en 2021, une baisse toutefois plus contenue qu’au niveau national (-41 %).

Dans un contexte d’inflation et de resserrement des politiques monétaires, les banques durcissent leurs conditions d’accès au crédit, notamment via une hausse brutale des taux de crédit et la demande d’un apport plus conséquent face à des prix immobiliers qui restent élevés. Tous ces facteurs pèsent fortement dans l’accès à la propriété, en particulier pour les primo-accédants les plus modestes.

Entre 2021 et 2022, le retournement du marché immobilier a davantage touché l’ouest de la région, territoire très dynamique les années précédentes.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

L’arrondissement de Senlis : un territoire sous influence francilienne

publié par Piver le 5 janvier 2024

Élodie De-Vos, Line Leroux (Insee)

En 2020, l’arrondissement de Senlis abrite 285 000 habitants. Sa démographie est l’une des plus dynamiques des Hauts-de-France, avec une progression de 0,3 % par an en moyenne entre 2014 et 2020. Si l’emploi y recule légèrement (-1,4 % sur la période contre +1,0 % dans la région), les actifs du territoire sont de plus en plus nombreux à travailler en Île-de-France contribuant au maintien d’un chômage moins élevé et d’un niveau de vie plus confortable qu’en moyenne dans la région. Cependant, les conditions de vie sont particulièrement contrastées localement.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

La région Hauts-de-France au 5e rang des régions les plus peuplées, dépassée par l’Occitanie

publié par Insee - Hauts-de-France le 3 janvier 2024

Line Leroux, Sophie Tieng-Majcherczak (Insee)

Au 1er janvier 2021, la région Hauts-de-France compte 5 995 290 habitants. En six ans, la population n’a pas progressé, contrairement à celle de France métropolitaine (+ 0,3 % en moyenne par an). Pourtant, la région gagnait encore 11 400 habitants en moyenne par an entre 2010 et 2015. L’excédent naturel, qui ne cesse de se réduire, ne compense plus le déficit migratoire le plus élevé de France de province. Dans la région, seule la population de l’Oise continue d’augmenter (+0,1 %). Celle du Nord stagne tandis que celles de l’Aisne, de la Somme et du Pas-de-Calais diminuent (respectivement -0,3 %, -0,2 % et -0,1 %).

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Inventaire des Zones d’Activités Economiques, un outil de connaissance au service des territoires

publié par OISE-LES-VALLEES le 31 décembre 2023

Dans un souci de préservation de la qualité et de la disponibilité des sols, la loi n°2021-1104 du 22 août 2021 portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets (Loi Climat & résilience) s’attaque à la problématique de la consommation du foncier.

En vue de l’atteinte du zéro artificialisation nette à horizon 2050, le législateur au travers de ce texte dote les territoires d’un ensemble d’outils pour sa mise en œuvre.

Dans le domaine de l’économie, l’article 220 de la loi prévoit notamment la réalisation d’un inventaire des zones d’activités économiques à l’échelle intercommunale devant :

  • dresser un état parcellaire des unités foncières de chaque ZAE indiquant la surface de chaque unité foncière et l’identification du propriétaire ;
  • identifier les occupants de chaque ZAE ;
  • déterminer le taux de vacance de chaque ZAE, calculé en rapport au nombre total d’unités foncières qui ne sont plus affectés à une activité au nombre total d’unité foncière de la ZAE.

Forte de son expérience d’une trentaine d’année en matière d’observation des zones d’activités, Oise-les-Vallées a proposé à ses adhérents de les accompagner dans la mise en œuvre de cet outil de connaissance visant à concilier sobriété foncière et développement économique des territoires.

Ainsi ont été réalisés en 2023 des inventaires pour les territoires de l’Agglomération de la Région de Compiègne, l’Agglomération Creil-Sud-Oise, la CC des Deux Vallées et la CC du Liancourtois-La Vallée Dorée.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Emploi, non-emploi et niveaux de vie: les chiffres du débat

publié par Institut Wallon de l'évaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) le 21 décembre 2023

Regards statistiques N°10

Ce Regard statistique vise à fournir un éclairage chiffré sur la relation entre le statut socio-économique (à l’emploi, allocataire, pensionné, etc.) et le niveau de vie des personnes, à partir de données de l’enquête SILC 2022, en utilisant trois indicateurs que sont le revenu équivalent, la privation matérielle et sociale et la capacité à boucler le budget.
Quatre éléments ressortent de l’ensemble des analyses effectuées :

  1. Le travail ne protège pas toujours de la pauvreté, même si c’est généralement le cas. Il existe des travailleurs pauvres dont le nombre n’est pas négligeable puisqu’il est assez proche de celui des allocataires. Par exemple, parmi les personnes déclarant pouvoir très difficilement boucler leur budget en Belgique, on estime qu’il y a environ 19% de travailleurs (±150 000 personnes), 14% de pensionnés (±110 000 personnes), 21% d’enfants de moins de 16 ans (±160 000 personnes), 9% d’étudiants (±70 000 personnes), 8% de personnes au foyer (±60 000 personnes), 13% de personnes en incapacité de travail (±100 000 personnes), 9% de chômeurs (±70 000 personnes) et 8% d’autres inactifs (y compris les personnes au CPAS, ±60 000 personnes).
  2. La pauvreté des travailleurs dépend tant de la précarité du travail que de facteurs hors travail. Parmi les facteurs de précarité du travail, on peut citer les professions peu qualifiées, les faibles diplômes et les contrats à durée limitée. Parmi les facteurs hors travail, ils tiennent principalement à la composition du ménage, comme le fait d’être un parent seul, d’être isolé ou d’avoir un conjoint qui ne travaille pas.
  3. Si l’on compare les allocataires «pauvres» aux travailleurs «pauvres», il semble que les premiers vivent dans des situations (un peu) plus difficiles que les seconds.
  4. Il semble intéressant de ne pas se baser uniquement sur le revenu et la composition de ménage pour évaluer le niveau de vie des personnes.
Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Nouveau record de fréquentation grâce aux touristes britanniques

publié par Insee - Hauts-de-France le 19 décembre 2023

Saison touristique 2023

Morgan Dandois (Insee)

D’avril à septembre 2023, la fréquentation touristique dans les Hauts-de-France affiche un nouveau record. En effet, les hôtels, campings et autres hébergements collectifs y ont enregistré 10,4 millions de nuitées soit une hausse de 3,6 % par rapport à 2022. Les campings affichent une forte hausse de fréquentation (+7,3 %), devant les autres hébergements collectifs (+5,1 %) et les hôtels (+1 %).

Cette belle dynamique est principalement portée par la clientèle étrangère. A cet égard, la région a surtout bénéficié en fin de saison du retour des touristes britanniques, venus notamment pour la coupe du monde de Rugby lors d’un mois de septembre à la météo particulièrement clémente.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Près d’un senior à domicile sur dix en perte d’autonomie dans les Hauts‑de‑France

publié par Insee - Hauts-de-France le

Catherine Barkovic, Noémie Grandperrin (Insee)

Les seniors vivant à domicile dans les Hauts-de-France sont plus qu’ailleurs confrontés à la perte d’autonomie. En 2021, dans la région, 9,3 % des personnes de 60 ans ou plus, vivant à domicile, déclarent éprouver d’importantes difficultés dans les actes de la vie quotidienne, contre seulement 7,2 % en France métropolitaine. Les femmes, notamment du fait d’une espérance de vie plus élevée, sont davantage concernées que les hommes. À partir de 85 ans, plus de quatre femmes sur dix souffrent d’une perte d’autonomie, contre à peine trois hommes sur dix au même âge. La prévalence de perte d’autonomie dans les Hauts-de-France s’explique notamment par le niveau de vie moins élevé des habitants et la surreprésentation des ouvriers dont les conditions de travail plus pénibles ont, à terme, des effets sur la santé des seniors. Parmi les seniors à domicile, 14 % déclarent être en mauvais, voire très mauvais état de santé. Souffrant davantage de problèmes moteurs que leurs homologues de France métropolitaine, les seniors de la région ont plus souvent recours aux aides proposées à domicile. L’entourage est par ailleurs un soutien très présent dans les Hauts-de-France.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Stat’Ur Conjoncture Hauts-de-France au 3e trimestre 2023

publié par URSSAF Nord - Pas-de-Calais le 18 décembre 2023

L’emploi salarié privé est stable pour le 2e trimestre consécutif en Hauts-de-France


Au 3e trimestre 2023, les effectifs salariés des Hauts-de-France sont quasi stables (- 0,0 %). Il s’agit du second trimestre consécutif où la croissance est atone. C’est l’une des 3 régions françaises avec le Centre-Val de Loire et le Grand-Est où les effectifs stagnent ; au niveau national, ils progressent de 0,2 % ce trimestre. Au sein des Hauts-de-France, seuls les départements de l’Oise et du Pas-de-Calais créent des emplois.

La réduction des effectifs intérimaires se poursuit et s’accentue ce trimestre (- 2,6 % après – 1,3 % au 2e trimestre 2023). Dans le secteur des services hors intérim, les effectifs n’évoluent plus depuis 2 trimestres.

Le secteur de l’hébergement et restauration reste bien orienté (+ 0,3 %) et affiche une progression soutenue sur un an, bien que 2 fois plus faible que celle observée un an plus tôt. Les effectifs du commerce continuent d’augmenter.

Après le léger recul au 2e trimestre 2023, l’industrie reprend sa progression et gagne ainsi 620 postes en 3 mois.

La construction repart à la hausse, interrompant une baisse continue depuis 4 trimestres. Le bilan annuel reste néanmoins négatif.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

De fortes disparités de développement humain au sein des Hauts-de-France

publié par Agence Hauts-de-France 2020-2040 le 15 décembre 2023

Repères HDF n°37

 

L’indice de développement humain (IDH) promu par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) constitue une mesure du développement d’un territoire en intégrant 3 capacités essentielles au bien-être : la santé, le niveau d’éducation et le niveau de vie. La Région Hauts-de-France réalise des déclinaisons territoriales de cet indice.

La déclinaison communale fait apparaître de fortes disparités au sein de la région : les territoires à faible développement humain peuvent se situer aussi bien dans des espaces urbains denses que dans le rural isolé. Les territoires périurbains autour de Lille, Arras et Amiens ou sous influence de l’Ile-de-France ont des indices de développement humain souvent nettement plus élevés que la moyenne régionale.

Ces déclinaisons territoriales de l’IDH constituent des outils de pilotage et de suivi des stratégies régionales comme le SRADDET ou la dynamique REV3.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les conditions de vie et les inégalités sociales en Wallonie sur deux décennies. Calcul et mise à jour de l’Indice de situation sociale 2023 (10e exercice)

publié par Institut Wallon de l'évaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) le 14 décembre 2023

Rapport de recherche de l’IWEPS n°57

Ecoutez le 10e épisode du podcast de l’IWEPS consacré à ce rapport de recherche  https://www.iweps.be/podcast-de-liweps/

Rendez-vous sur le site dédié aux indicateurs complémentaires au PIB : https://icpib.iweps.be/indice-situation-sociale-wallonie.php

L’Indice de situation sociale de la Wallonie (ISS) est un indicateur complémentaire au PIB qui dresse le bilan du progrès social de la Wallonie en comparaison avec l’évolution du PIB par habitant (mesure étalon du progrès économique) sur une période de dix-neuf années. Cet indice synthétise un ensemble d’indicateurs clés regroupés au sein de dimensions représentatives des conditions de vie et des déséquilibres socio-économiques au sein de la population wallonne.

Cette édition 2023 de l’ISS montre qu’entre 2004 et 2021, en tendance générale, la situation sociale en Wallonie est relativement stable puisque l’indice a évolué jusqu’à 102,2 en 2021 (base 100 = 2004). Comparativement, le PIB par habitant a progressé jusqu’à 114,2 en 2021. En outre, l’examen distinct des composantes «conditions de vie» et «déséquilibres socio-économiques» de l’ISS montre que l’amélioration globale des conditions de vie de la population wallonne est allée de pair avec une augmentation des inégalités sociales, qui se sont renforcées à partir de 2016.

Cette 10e édition du Rapport ISS est assortie d’un travail d’investigation qui mobilise de nombreuses études scientifiques et contributions d’acteurs multisectoriels, enrichies par l’apport de dix-sept entretiens approfondis auprès de représentants de l’action sociale et judiciaire. Son objectif est de compléter et d’étayer les observations basées sur les indicateurs statistiques mobilisés dans l’ISS par une analyse circonstanciée des conditions de vie et des inégalités touchant les groupes sociaux les plus exposés aux risques et aux conséquences dévastatrices des crises qui se succèdent.

Le tableau dressé dans ce rapport est interpellant. Une menace réelle pèse sur l’équilibre social de la Wallonie.

Ce rapport entend apporter une contribution à la prise de décision dans le cadre des mesures à adopter, notamment celles visant la redéfinition de nos priorités pour une transition juste.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

L’Aperçu n°30 – Qu’est-ce qu’un projet de protection des espaces agricoles et naturels périurbains (PEANP) ?

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le 7 décembre 2023

L’ADULM et la MEL se sont lancées depuis plus 2 ans dans l’élaboration de ce PEANP sur le territoire de la Métropole Européenne de Lille. Cette démarche est engageante – le PEANP est générateur d’une obligation réglementaire forte de protection des sols – mais porteuse d’une ambition à la hauteur du devenir des communes Gardiennes de l’eau. Il est la première concrétisation du concept des hémicycles du SCOT.

L’objectif de ce projet est de construire ensemble, sur un périmètre stratégique, un dispositif qui accélère la transition de pratiques agricoles compatibles avec la préservation de la ressource en eau et fasse de l’environnement un atout fort d’attractivité.

L’objectif n’est pas de mettre sous cloche ce territoire mais bien au contraire de répondre à la demande de ses habitants et d’assurer le devenir des agriculteurs qui n’investiront pas dans de nouvelles pratiques exigeantes sans garantie sur la pérennité de leur outil foncier.

J’ai souhaité une démarche concertée et pragmatique. L’ensemble du projet est piloté dans une logique de gagnant – gagnant pour permettre aux acteurs du territoire de se développer dans le respect de notre bien commun : l’eau.

Le cadre réglementaire d’un tel dispositif de PEANP demande l’implication du Syndicat mixte du SCOT de Lille Métropole pour porter la procédure d’élaboration, y compris la concertation publique et la future enquête publique, étapes démocratiques indispensables.

Nous avons identifié ensemble, grâce au dialogue territorial avec les habitants, les agriculteurs, les associations et les élus une quarantaine d’actions qui formeront le socle de ce projet, qui seront ouvertes à une concertation publique
dans le cadre de la procédure administrative.

Aujourd’hui, il s’agit de passer à la vitesse supérieure. Notre prochaine échéance collective est la concrétisation au travers de la procédure d’instauration.

Vous pouvez télécharger l’Aperçu sur notre site internet L’Aperçu n°30 – Qu’est-ce qu’un projet de protection des espaces agricoles et naturels périurbains (PEANP) ? — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Mieux intégrer les inégalités environnementales et sociales de santé

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le 30 novembre 2023

Depuis 2019, l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole accompagne les politiques publiques autour des enjeux de la santé environnementale. Les travaux s’insèrent dans la dynamique im­pulsée par la Métropole Européenne de Lille via la délibération cadre “Construire une métropole à santé positive” votée en 2018. En partenariat avec l’Université de Lille et le Laboratoire de Génie Civil et géo-En­vironnement (LGCgE-ULR 4515), l’Agence développe un outil de qualification du territoire du SCOT selon sa vulnérabilité et sa capacité de résilience en matière de santé environnementale dans le cadre d’une Convention Industrielle de Formation par la Recherche (CIFRE).

L’étude propose une approche d’analyse des inégalités environnementales et sociales de santé à l’échelle infra-communale sur le territoire du SCOT de Lille Métropole, fournissant ainsi un support décisionnel aux élus et aux décideurs locaux pour prendre en compte les enjeux de santé dans les plans, documents stra­tégiques et projet d’urbanisme et d’aménagement.

 

Vous pouvez télécharger l’étude sur notre site internet Mieux intégrer les inégalités environnementales et sociales de santé — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

 

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

La zone d’emploi de Lille, principal moteur de la création de richesses en Hauts-de-France

publié par Insee - Hauts-de-France le 24 novembre 2023

Mickaël Bréfort (Insee)

Les zones d’emploi des Hauts-de-France dépendent économiquement les unes des autres par les échanges de masses salariales qui les irriguent. Dans la région, deux espaces se caractérisent par un important transfert de revenus en provenance de territoires très dynamiques. Dans le nord, une partie des zones d’emploi du bassin minier (Lens, Béthune, Douai) est en effet sous l’influence de la métropole lilloise, principale productrice de richesse de la région, tandis que celles situées dans le sud de l’Oise (Creil, Soissons, Château-Thierry) bénéficient du rayonnement de la métropole parisienne. À Berck et à Abbeville, les richesses proviennent davantage des activités liées au tourisme et à la présence de retraités alors qu’à Amiens, Arras et Laon, les ressources issues de l’emploi public sont prépondérantes. Dans les zones de Boulogne-sur-Mer et Dunkerque sur le littoral, ou de Valenciennes, Maubeuge et Saint-Quentin à l’est de la région, les salaires versés dépendent relativement plus qu’ailleurs des établissements qui y sont implantés.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Davantage d’intérim et de contrats aidés en Hauts-de-France

publié par Insee - Hauts-de-France le

Jérôme Fabre, Gabrielle Redon (Insee)

En 2019, dans les Hauts-de-France, 16,8 % des heures rémunérées relèvent de formes particulières d’emploi qui regroupent les contrats d’intérim, d’apprentissage, les contrats aidés et les contrats à durée déterminée. Cette proportion légèrement supérieure au niveau national (+1 point) s’explique principalement par le poids de l’intérim (4,8 % des heures contre 4,1 %) et des contrats aidés (2,4 % contre 1,9 %) témoignant de la structure sectorielle régionale pour le premier et des fragilités du marché du travail pour les seconds.

Au sein de la région, la zone d’emploi d’Abbeville se distingue par l’importance des contrats à durée déterminée en lien avec la forte implantation du tourisme et de l’agriculture. Dans celles de Douai et Valenciennes, le recours intensif à l’intérim est en partie dû à une industrie automobile très développée (Renault, Toyota) ainsi qu’à l’établissement Amazon de Lauwin-Planque. À Maubeuge et Calais, les contrats aidés sont parmi les plus fréquents de France. En revanche, Lille se démarque par un fort taux de contrats à durée indéterminée.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Trajectoires et retour à l’emploi au deuxième trimestre 2023

publié par FRANCE TRAVAIL Hauts-de-France le 17 novembre 2023

Au cours du deuxième trimestre 2023, plus de 84 800 demandeurs d’emploi inscrits en catégories A ou B ont accédé à un emploi d’un mois ou plus. Ce chiffre est en baisse de 4,5% par rapport au 2ème trimestre 2022. Sur cette même période, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A et B a baissé de 1,3%. Ainsi, le taux mensuel moyen d’accès à l’emploi s’établit à 7,9% au 2ème trimestre 2023. Celui-ci baisse par rapport à 2022 de 0,3 point.

Sur un an glissant, plus de 361 000 reprises d’emploi ont été enregistrées. Ce chiffre est en baisse annuelle de 8,3%.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les offres d’emploi diffusées par Pôle emploi Hauts-de-France de janvier à septembre 2023

publié par FRANCE TRAVAIL Hauts-de-France le

Entre janvier et septembre 2023, 571 480 nouvelles offres d’emploi ont été diffusées par Pôle emploi, soit une progression de 3,9% par rapport à la même période de l’année précédente (21 563 offres supplémentaires). Tous les départements contribuent à cette hausse.

Deux offres diffusées sur trois correspondent à des emplois durables. Les offres durables progressent fortement dans le secteur de l’Industrie et la Santé.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Dossier bibliographique SOBRIÉTÉS

publié par Cerdd (Centre Ressource du Développement Durable) le 16 novembre 2023

Ce travail documentaire, réalisé par le Centre Ressource du Développement Durable (Cerdd) en partenariat avec le centre de documentation de la Maison Régionale de l’Environnement et des Solidarités (MRES), dresse un tableau transversal de la sobriété, de ses cadrages législatifs aux éléments de débat qu’elle suscite : sobriété subie ou choisie ? Sobriété ou frugalité ? Quelles confusions entre sobriété et efficacité ? Ce dossier bibliographique retrace les dysfonctionnements d’un modèle consumériste profondément ancré et explore l’ambition d’une sobriété systémique et transformatrice.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

L’Aperçu n°29 – Mieux comprendre et gérer les inégalités de santé

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le 14 novembre 2023

La notion de santé-environnement est très ancienne, mais plus que jamais d’actualité. Des crises sanitaires aux épisodes de canicule, de la pollution des milieux aux enjeux de la ressource en eau, notre période est marquée par les différentes dimensions et conséquences des relations entre les perturbations de l’environnement et leurs impacts sanitaires. Plus récemment, la compréhension des multiples facettes de ces enjeux a fait émerger la notion de « one health ». Abattant des cloisons bien artificielles, celle-ci permet d’avoir une vision globale de l’environnement et des interactions entre ses différents compartiments en intégrant l’Homme au sein de l’ensemble de la biosphère.

La connaissance scientifique, la prise de conscience collective (parfois partielle), la traduction en décisions politiques ont été par le passé, désynchronisés et cloisonnés. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu d’actions avec, par exemple, la mise en place des plans nationaux santé-environnement (et leurs déclinaisons régionales), l’intégration des enjeux d’adaptation au changement climatique dans les documents d’urbanisme. Ces différentes actions ont d’ores et déjà porté leurs fruits. Pour autant, cette dynamique d’intégration de la dimension santé-environnement doit être poursuivie, renforcée et déclinée jusqu’aux projets d’aménagement à fine échelle. Face aux urgences, l’heure est à l’action concrète pour diminuer les pressions environnementales et leurs conséquences sur notre santé.

Vous pouvez télécharger l’Aperçu sur notre site internet L’Aperçu n°29 – Mieux comprendre et gérer les inégalités de santé — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Portrait de territoire de projets Champs captants

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le

La collection “Portraits de territoire”

L’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole développe des outils de connaissance du territoire permettant
de disposer de données clés territoriales sur diverses thématiques. Ces portraits territoriaux déclinent les approches cartographiques
et statistiques à différentes échelles : de la commune au territoire métropolitain lillois et au-delà. Ils ont pour objectif d’éclairer les acteurs du territoire en leur apportant des outils de connaissance et de représentation objectives du territoire et permettent ainsi d’alimenter les diverses analyses et stratégies territoriales en matière d’aménagement, de développement et d’urbanisme.

Le territoire ressource des champs captants

La nappe de craie au sud de Lille dont le périmètre concerne 37 communes du SCOT et qui alimente pour près de 40% en eau potable le territoire métropolitain, représente un enjeu majeur pour le territoire d’aujourd’hui et de demain. Même si des recherches sur de nouveaux
potentiels pour contribuer à l’alimentation en eau potable sont en cours d’étude, il n’existe pas, à ce jour, d’autre réserve locale qui pourrait être mobilisée pour répondre aux besoins des habitants. Il est donc essentiel de fédérer les acteurs du territoire et de trouver des leviers d’action favorables à la recharge qualitative et quantitative de cette nappe.

De premières pistes de solutions sont apparues dans les documents de planification, comme démarches et outils de planification : le territoire de projet « champs captants » du SCOT de Lille Métropole et la mise en place de la Commission Partenariale AAC, la démarche Gardiennes de l’Eau regroupant d’abord les 26 communes AAC de la MEL (depuis 2023 : 29 communes), et les premières ébauches de secteurs à enjeux AAC au sein du futur PLUi de la communauté de communes Pévèle Carembault.

Toutes ces démarches et outils de planification sont gérés et animés par l’ADULM et le SCOT de Lille Métropole.

Vous pouvez télécharger notre étude sur notre site internet Portrait de territoire de projets Champs captants — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Densité(s) pour une ville durable

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le

La densité urbaine est sollicitée par les documents d’urbanisme d’échelle intercommunale et locale que sont le Schéma de cohérence territoriale (SCOT), le Plan local d’urbanisme (PLU) et le Programme local de l’habitat (PLH).

Depuis 2021, elle est devenue un enjeu incontournable de la planification et du développement urbain durables, en lien avec le Zéro Artificialisation Nette (ZAN) et ses objectifs à horizon 2050. Limiter l’expansion des zones urbanisées nécessite en effet d’optimiser l’utilisation des zones déjà urbanisées. Cela implique donc de « faire avec l’existant » et ce, dans une logique de sobriété foncière et dans un contexte d’économie des ressources.

L’Agence publie ici une synthèse pour défricher le sujet de la densité et en proposer quelques clés de lecture : que représente-t-elle sur la métropole lilloise ? Comment évolue-t-elle ? Quelles sont les formes urbaines que l’on y trouve ? Quels indicateurs et échelles d’analyse ? Quelles conclusions en tirer pour l’évolution du bâti métropolitain ?

Vous pouvez télécharger la synthèse sur notre site internet Densité(s) pour une ville durable — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Dossier documentaire – Sobriété foncière

publié par Cerdd (Centre Ressource du Développement Durable) le 10 novembre 2023

Comment enrayer l’étalement urbain ? Comment préserver les sols, en quantité et en qualité, afin de garantir leur bon fonctionnement ? Dans un même temps, comment répondre aux besoins en logements, en infrastructures ou au défi de la réindustrialisation ? Face à l’ampleur des enjeux auxquels sont confrontés les territoires, la sobriété foncière est une nouvelle façon de penser l’aménagement et l’urbanisme. Pour y voir plus clair et découvrir des solutions applicables dès aujourd’hui, plongez-vous dans ce dossier documentaire !

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Le commerce agricole et agroalimentaire des Hauts-de-France en 2022

publié par Chambre Régionale d'Agriculture des Hauts-de-France le 31 octobre 2023

En 2022, l’envolée des prix agricoles se répercute sur la valeur des flux commerciaux.

Portées par les prix des céréales, les exportations de produits agricoles bruts enregistrent des records.

Ces bons résultats ne suffisent cependant pas à compenser l’accentuation du déficit pour les produits transformés et la balance agricole et agroalimentaire régionale se dégrade de nouveau. 

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Filières & Co n°9 « Semences » – octobre 2023

publié par Chambre Régionale d'Agriculture des Hauts-de-France le 30 octobre 2023

Ce numéro de la collection Filières & Co présente de manière synthétique, le panorama Hauts-de-France de la filière des Semences et Plants.

Vous y trouverez :

  • les chiffres-clés de la région Hauts-de-France
  • une carte des zones de production et des établissements obtenteurs
  • un zoom sur les Semences et Plants menés en conduite biologique
  • un descriptif des différents maillons de la filière des Semences et Plants

Cette fiche Filières & Co est un outil à votre disposition, à diffuser sans modération.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les Chiffres-Clés en Hauts de France au 3e trimestre 2023

publié par FRANCE TRAVAIL Hauts-de-France le

Pôle emploi Hauts-de-France dispose d’outils statistiques qui permettent une analyse de la situation du marché du travail.

Aussi, retrouvez les principaux indicateurs socio-économiques sur le marché du travail, la conjoncture et l’emploi dans le document synthétique « Les Chiffres Clés ».

Ce document est décliné au format régional et départemental.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France : n°20 septembre 2023

publié par Observatoire régional de la santé et du social le 25 octobre 2023

Numéro 20 de Plateforme sanitaire et sociale Hauts-de-France de septembre 2023

 

Au sommaire de ce numéro

 

RÉGION

2 Rencontre Piver sur les transitions environnementales

2 Création d’un 24e conseil de santé mentale en Hauts-de-France

3 Élaboration du Plan régional Santé Environnement 4

4 Santé des femmes en Hauts-de-France : des disparités sociodémographiques et territoriales importantes

 

FOCUS : Démographie des professionnels de santé

5 Démographie médicale en Hauts-de-France

5 Une inégale répartition des professionnels paramédicaux libéraux

6 Le plan d’action des Hauts-de-France dans les territoires en tension

6 Création d’un centre de consultations externes au Cateau-Cambrésis

7 La CPTS de Compiègne et sa région : fédérer pour une dynamique pluriprofessionnelle effective

8 Démographie des médecins généralistes et perspectives d’évolution

 

LUS POUR VOUS

9 Deuxième plan quinquennal pour le Logement d’abord

9 Santé des jeunes

9 Feuille de route du numérique en santé 2023-2027

 

A LIRE

9 Les proches aidants : une population hétérogène

 

NATIONAL

10 40-54 ans, un âge clé pour le maintien en santé

 

EUROPE

11  Canicules en Europe : mortalité et stratégies d’adaptation

 

AGENDA

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Tendances économiques n°65

publié par Institut Wallon de l'évaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) le

Prévisions macroéconomiques pour 2023-2024L’économie wallonne fait face au refroidissement du climat international

La reprise de la demande extérieure se fait attendre, mais l’activité économique régionale résiste, soutenue par la demande intérieure. En effet, la Wallonie et la Belgique se singularisent dans le paysage européen par le soutien plus consistant de la demande intérieure à l’activité économique. Particulièrement résiliente, la consommation privée bénéficie de la préservation globale des revenus en raison d’une épargne encore élevée, de la confiance en progrès et des indexations intervenues au moment où l’inflation était déjà en baisse. De plus, l’investissement a également démontré une résilience certaine au contexte économique et financier qui devrait persister à l’horizon 2024, soutenu par la mise en œuvre du Plan de relance de la Wallonie et les nécessaires transitions structurelles de l’appareil productif (sur le plan énergétique et numérique). Malgré un contexte économique et financier morose qui pèse sur les exportations wallonnes, la croissance du PIB de la Wallonie atteindrait +1,1 % en 2023 et +1,3 % en 2024, tout en permettant à l’emploi de croitre encore de 11 000 personnes, tant cette année que l’année prochaine.Envie de connaitre les grandes lignes du rapport en quelques minutes ? Ecoutez le podcast : https://www.iweps.be/podcast-de-liweps/

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Baromètre Embauches Hauts-de-France à fin août 2023

publié par URSSAF Nord - Pas-de-Calais le

Regain des embauches de plus d’un mois en août 2023


Pour le deuxième mois consécutif, les embauches en contrat de plus d’un mois en Hauts-de-France sont à la hausse (+3 % en août après +1% en juillet). Les CDD de plus d’un mois maintiennent leur dynamisme ; les CDI, encore en baisse en juillet, sont en forte hausse (+3,8%).

Sur un mois, les contrats de plus d’un mois sont en forte hausse dans tous les départements hormis dans celui du Pas-de-Calais pénalisé par le fort recul des CDD de plus d’un mois.

Sur un an, les embauches de plus d’un mois sont en revanche en baisse dans la région (-6,4%), principalement en CDD de plus d’un mois (-11,7%), et dans tous les départements.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Chiffres-clés de la Wallonie 2023

publié par Institut Wallon de l'évaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) le 23 octobre 2023

Comme chaque année, vous y trouverez  :

  • Des indicateur-clés classés par thématique (économie, territoire, population et santé, genre, inégalités sociales, mobilité, etc.)
  • Une fiche autonome pour chaque indicateur avec la possibilité de ré-organiser les fiches en fonction de vos propres besoins ;
  • Une structure identique pour chaque fiche avec différents niveaux de lecture, pour un accès plus rapide à l’information ;
  • La possibilité de garder la publication à jour grâce à l’actualisation trimestrielle de chaque fiche sur notre site internet. En effet, toutes les fiches sont disponibles individuellement dans la rubrique « Indicateurs statistiques ».

Nous espérons que cette publication synthétique à propos de la Wallonie vous fournira des clés de compréhension utiles dans le cadre de vos activités.

Vous souhaitez recevoir une version papier de cette publication ? Envoyez votre demande par e-mail à Aurélie Hendrickx, chargée de communication: a.hendrickx@iweps.be

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les Hauts-de-France, première région logistique française

publié par Insee - Hauts-de-France le

Sophie Éblé, Laurent Lefèvre (Insee)

En 2020, 103 100 salariés des Hauts-de-France travaillent dans les activités de la chaîne logistique : entreposage, transport de fret et services postaux. Ils représentent près de 8 % de l’emploi régional, classant la région au premier rang national. Son positionnement géographique stratégique, au carrefour de l’Île-de-France et de l’Europe du Nord, contribue largement au développement des activités d’entreposage, qui emploient un quart des salariés de la logistique. L’entreposage se caractérise par des établissements de grande taille, souvent sous contrôle de groupes étrangers, contrairement au transport de fret. Ce dernier regroupe 6 salariés de la logistique sur 10 et en constitue ainsi le premier employeur. Les zones d’emploi de Lille, Douai, Lens et Arras, traversées par des axes autoroutiers, concentrent l’emploi logistique. Les professionnels de la logistique n’exercent pas uniquement dans des établissements spécialisés. La moitié d’entre eux travaille dans un établissement d’un autre secteur (commerce, industrie…) ayant internalisé ses activités logistiques.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Vivre ensemble dans la métropole transfrontalière

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le 19 octobre 2023

Dans la continuité des travaux portés par l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole sur le « vivre ensemble », cette publication constitue un prolongement de l’étude « Vivre ensemble : ségrégation et mobilités résidentielles au sein de la Métropole Européenne de Lille » publiée en septembre 2021.

Elle s’appuie sur une collaboration avec Thierry Eggerickx et Jean-Paul Sanderson, chercheurs au sein du Centre de Recherche en Démographie (DEMO) de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain).

Pourquoi étudier la ségrégation à l’échelle transfrontalière ?

L’étude précédente portait sur le territoire du SCOT de Lille Métropole, mais ne prenait pas en compte le contexte transfrontalier de la Métropole Européenne de Lille. Ce nouveau travail propose d’intégrer cette dimension, très importante dans les migrations résidentielles des populations locales. Cette étude vise à :

  • proposer une lecture complémentaire de la ségrégation et du rôle des mobilités résidentielles en élargissant le périmètre d’étude à l’Eurométropole ;
  • tenir compte du rôle des mobilités résidentielles des Français en Belgique se développant ces dernières années ;
  • porter un regard sur des spécificités territoriales entre la France et la Belgique.

Vous pouvez télécharger l’étude sur notre site internet  Vivre ensemble dans la métropole transfrontalière — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

La dynamique des constructions neuves dans le Boulonnais

publié par Boulogne-sur-Mer Développement Côte d'Opale le 18 octobre 2023

Après un recul net de la production neuve de logements en 2018, le rythme des constructions a nettement repris en 2020 avec 560 logements commencés dans l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer. La production accuse un léger recul en 2021 mais semble reprendre  récemment.
En 2022, date de la dernière donnée disponible à l’échelle locale, la construction de 805 logements a été autorisée dans l’arrondissement Boulonnais. Plus de la moitié d’entre eux concerne l’agglomération Boulonnaise, 1/3 La Terre des 2 Caps et 10% la Communauté de Communes de Desvres-Samer.

Les logements individuels restent prédominants dans la production neuve, 55% contre 1/3 de logements collectifs, majoritairement concentrés dans l’agglomération Boulonnaise et 12% de logements en résidence (résidences sociales, résidences pour personnes âgées…).

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

L’Aperçu n°28 – La transition énergétique : les enjeux pour la métropole lilloise

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le 17 octobre 2023

À l’heure des transitions (économique, énergétique, écologique, digitale, RH…), l’enjeu de la décarbonation est le sujet numéro 1 pour le développement des territoires.

Il y a 10 ans, notre territoire régional s’engageait dans la 3ème Révolution Industrielle (Rev3) à travers son masterplan coconstruit avec l’ensemble des acteurs publics/privés et ses ambitions en matière de production d’énergies renouvelables, de stockage d’énergie, de mobilités et de construction durable. Nos avancées en matière d’économie circulaire et d’économie de la fonctionnalité représentaient également un atout différenciant pour notre région.

Aujourd’hui, il faut garder ce « coup d’avance » et continuer d’être attractif.

Nous réussirons ce modèle économique décarboné, en embarquant toutes les entreprises, y compris les TPE et PME pour qui les contraintes de mise en œuvre, notamment de temps, d’ordre financier, de besoins en compétences, pèsent davantage.

Nous réussirons également par la coopération entre les institutions, les entreprises et les collectivités. À l’image de ce qui a été développé avec le CORBI* pour répondre à notre ambition d’être la première région du biométhane injecté, nous développons actuellement de nouveaux réseaux et collectifs dans les domaines de l’électromobilité, du captage du CO2, du développement de l’hydrogène, de la ressource en eau… et bien d’autres.

Enfin, nous réussirons ce pari si nous travaillons pour et avec les citoyens. Il nous faut collectivement favoriser l’appropriation et l’acceptabilité de nos projets, en accentuant par exemple les démarches pédagogiques et d’évaluation des avantages et inconvénients. Nos projets et nos modèles de développement n’en seront que plus durables et résilients.

* Collectif Opérationnel Régional du Biométhane Injecté.

Vous pouvez télécharger l’Aperçu sur notre site internet L’Aperçu n°28 – La transition énergétique : les enjeux pour la métropole lilloise — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Tableau de bord de la pauvreté en Wallonie

publié par Institut Wallon de l'évaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) le 16 octobre 2023

Regards statistiques N°9

Étudier et mesurer les inégalités sociales n’est pas une chose aisée. Tout d’abord, les angles d’approche pour étudier les inégalités sociales sont très divers : égalité des chances, égalité des conditions de vie, égalité des ressources ou encore accès garanti à certains minima. Ensuite, les objets des inégalités varient : revenu, logement, privations, nécessité de recourir à certaines prestations sociales, etc.

Ces différentes formes d’inégalités forment un système complexe dans lequel elles se renforcent souvent les unes les autres. Les sources pour mesurer ces différentes inégalités sont par ailleurs très hétérogènes. Dans ce Tableau de bord de la pauvreté en Wallonie, nous privilégions la diversité des perspectives, des thèmes étudiés et des sources, dans l’objectif d’offrir une vision aussi large que possible et éclairant les différentes dimensions des inégalités.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Banque de France : Tendances régionales Hauts-de-France portant sur le mois de septembre 2023

publié par BANQUE DE FRANCE - Direction régionale Hauts-de-France le

L’activité économique régionale a connu un certain dynamisme en septembre.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Stat’Ur Bilan 2021 sur les revenus des travailleurs indépendants des Hauts-de-France

publié par URSSAF Nord - Pas-de-Calais le 12 octobre 2023

En 2021, les revenus des travailleurs indépendants rebondissent nettement après la baisse enregistrée en 2020 avec la crise sanitaire


En 2021, les TI classiques (hors auto-entrepreneurs) en Hauts-de-France pèsent 6,5 % des TI classiques ayant déclaré un revenu en France et 7,1 % du revenu global.

Cette année le revenu moyen des travailleurs indépendants enregistre une hausse de 10 % par rapport à 2020 pour atteindre 50 498 euros, après la baisse de 4 % en 2020 liée à la crise sanitaire.

Cette croissance du revenu, liée aux effets économiques de l’amélioration de la situation sanitaire, est constatée quelque soit le groupe professionnel, le sexe et la tranche d’âge.

La plupart des secteurs affichent un rebond tel que leur revenu moyen dépasse leur niveau d’avant crise.

Avec 6,04 milliards d’euros déclarés, le revenu global 2021 augmente de 10,6 % par rapport à 2020 et est supérieur à son niveau de 2019 avant la crise. Ce dynamisme est supérieur à celui du revenu moyen compte tenu de la hausse des effectifs déclarants : + 0,6 % en 2021, après – 0,2 % en 2020.

Ce rebond concerne également les 47 800 TI employeurs (39,9 % des travailleurs indépendants classiques). Globalement, ils ont déclaré 2,9 milliards d’euros de revenus, soit 48 % du montant déclaré par l’ensemble des travailleurs indépendants. Après une baisse de 3,7 % en 2020, leur revenu moyen progresse de 8,9 % en 2021.

Le niveau de revenu des TI employeurs est 1,4 fois plus élevé que celui des TI non-employeurs.

 

Avertissement : cette publication a fait l’objet d’une mise à jour le 13 décembre 2023 afin de prendre en compte la correction du dénombrement des déclarants, qui était dans un premier temps sous-évalué pour l’année 2021.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Évaluation des effets macroéconomiques à long terme du Plan de relance de la Wallonie (2030-2040)

publié par Institut Wallon de l'évaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) le

Rapport de recherche n°56

Ecoutez le 7e épisode du podcast de l’IWEPS consacré à ce rapport : https://www.iweps.be/podcast-de-liweps/

Ce rapport évalue l’impact macroéconomique potentiel que pourrait générer le Plan de relance de la Wallonie (PRW) sur les gains de productivité à l’horizon de long terme (2030-2040). La littérature souligne que certaines politiques peuvent produire des effets bénéfiques bien après leur mise en œuvre : les investissements publics (infrastructures), les investissements en R&D (innovations) et les investissements en formation (capital humain). Elles conduisent à un rehaussement structurel de la capacité de production et génèrent des gains de productivité. Ces derniers permettent aux entreprises de réaliser des réductions de coût durables, soutiens potentiels à de futurs investissements et à la création d’emplois. Certaines réformes induisent aussi des baisses de coûts à long terme, en améliorant l’environnement économique des entreprises. D’autres anticipent les pénuries dans les métiers d’avenir et les inadéquations de main d’œuvre.

L’analyse de la nature économique des dépenses budgétaires du PRW montre que la majorité de celles-ci prennent la forme d’investissements publics et d’aides à l’investissement aux entreprises. Une ventilation de ces dépenses indique que les infrastructures et la R&D, principaux investissements productifs à long terme, pèsent pour près de la moitié du budget du Plan. Ces investissements ont été retranscrits sous la forme d’un indicateur d’accroissement de stock de capital productif qui sert de socle à une évaluation quantitative à plus long terme du PRW. L’IWEPS estime que le Plan pourrait générer à l’horizon 2030 une hausse du PIB wallon de 0,7% par rapport à une situation où il n’aurait pas été mis en œuvre. Ce rehaussement resterait soutenu à plus long terme puisqu’un écart de l’ordre de 0,6% serait toujours observé en 2040. Un tel résultat s’explique par l’importance des investissements non seulement dans l’enveloppe budgétaire globale du Plan mais aussi dans le PIB de la région. Cette évaluation n’intègre toutefois pas le volet réformes du PRW lié au capital humain (formations) ni les interactions avec d’autres plans de relance. L’impact sur la sphère environnementale et les effets de redistribution du Plan wallon ne sont pas non plus étudiés.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Eclairage : une vision sur les secteurs marquants

publié par FRANCE TRAVAIL Hauts-de-France le

Quels sont les secteurs qui recrutent le plus dans les Hauts-de-France et quelles sont leurs spécificités ?

Quelles sont les compétences les plus recherchées et quelles sont celles détenues par les demandeurs d’emploi ?

Pôle emploi Hauts-de-France vous propose de découvrir la collection Eclairage, afin de partager l’état de lieu, les tendances et les enjeux en matière d’emploi.

Ce regard, porté sur différents environnements sectoriels, a pour objectif d’enrichir la connaissance du marché de l’emploi et la réflexion afin d’aider à transformer les difficultés de recrutement en opportunités d’emploi.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les offres d’emploi diffusées par Pôle emploi Hauts-de-France de janvier à juin 2023

publié par FRANCE TRAVAIL Hauts-de-France le

Entre janvier et juin 2023, près de 396 340 nouvelles offres d’emploi ont été diffusées par Pôle emploi, soit une progression de 3,7% par rapport à la même période de l’année précédente (14 268 offres supplémentaires). Tous les départements contribuent à cette hausse.

Deux offres diffusées sur trois correspondent à des emplois durables.

Les offres durables progressent dans la Santé et l’Industrie.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Où en est la Wallonie par rapport aux objectifs de développement durable ?

publié par Institut Wallon de l'évaluation, de la Prospective et de la Statistique (IWEPS) le 11 octobre 2023

BILAN DES PROGRÈS – Edition 2023

La Communauté internationale s’est unie autour d’un projet commun depuis 2015: le Programme 2030, comprenant les 17 Objectifs de développement durable (ODD). La Wallonie s’est engagée à atteindre ces objectifs à l’horizon 2030, ainsi qu’à réaliser un suivi régulier de la mise en œuvre de ces 17 ODD sur son territoire, et ce, sur base d’indicateurs.

La Belgique a présenté son bilan, appelé « Examen national volontaire », à New-York le 18 juillet 2023. Qu’en est-il plus spécifiquement de la Wallonie ?

A mi-parcours de la mise en œuvre du Programme 2030 – il ne reste que 7 ans – ce suivi 2023 est d’autant plus important pour pointer les domaines dans lesquels des progrès ont lieu en Wallonie mais aussi ceux dans lesquels les indicateurs montrent que la Wallonie n’avance pas suffisamment rapidement vers les ODD, voire régresse.

Au total, 113 indicateurs composent le tableau de bord actuel. 74 sont rattachés à un objectif chiffré (valeur cible) faisant partie des 89 objectifs chiffrés wallons à l’horizon 2030 rassemblés au sein de la troisième stratégie wallonne de développement durable.

Le bilan a pour objectif d’informer tous les acteurs wallons en la matière, selon le principe de transparence et de reddition des comptes. Il vise également à stimuler l’action dans les domaines où les efforts doivent être renforcés pour se rapprocher des ODD.

Ce travail a été réalisé entre mars et novembre 2023 par la Direction du Développement durable du Secrétariat général du Service public de Wallonie (SPW) et l’Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS), en collaboration avec d’autres services du SPW, en particulier le SPW Agriculture, Ressources naturelles et Environnement pour les indicateurs environnementaux.

Les indicateurs présentés dans ce bilan sont rassemblés et analysés dans un rapport et sont consultables en ligne, sur le site de l’IWEPS : indicateursODD.iweps.be

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Ségrégation résidentielle marquée à Lille, les autres pôles urbains du Nord plus mixtes

publié par Insee - Hauts-de-France le

Nadia Belhakem, Géraldine Caron, Antoine Rault, Sébastien Samyn (Insee)

L’histoire socio-économique et la structure de l’habitat contribuent à rassembler les populations les plus aisées dans certains territoires et au contraire à concentrer les groupes plus pauvres dans d’autres quartiers. L’ampleur de cette ségrégation résidentielle est très variable d’un pôle urbain à l’autre dans le département du Nord.

Le pôle de Lille est l’un des plus ségrégés de France. Les ménages les plus aisés résident plutôt dans les communes au nord de Lille et les plus modestes, plus souvent dans des quartiers denses concentrant les difficultés, notamment à Roubaix, Tourcoing et Lille-Sud. Les autres pôles urbains du département sont plus mixtes. Dans les pôles de Douai, Valenciennes et Dunkerque, l’histoire industrielle a conduit à une spécialisation de l’habitat et les ménages aux bas revenus se concentrent souvent dans les anciennes cités minières ou ouvrières où le déclin industriel a paupérisé une large frange de la population. L’apparente mixité du pôle de Maubeuge cache une pauvreté diffuse. Dans le pôle de Cambrai, moins industriel, l’habitat est plus homogène dans la plupart des quartiers, et la mixité sociale très élevée.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les multiples visages de la pauvreté dans les Hauts-de-France

publié par Insee - Hauts-de-France le 10 octobre 2023

Kevin Fusillier, Cyril Gicquiaux (Insee)

En 2020, 17,2 % de la population des Hauts-de-France vit sous le seuil de pauvreté monétaire. La région est ainsi la 2e région de France métropolitaine la plus exposée avec 4 départements sur 5 parmi les plus concernés au niveau national. La pauvreté monétaire y est cependant moins intense, les ménages pauvres étant moins éloignés du seuil de pauvreté. Si les familles monoparentales et les jeunes sont particulièrement touchés, d’autres types de ménages sont concernés par ces difficultés. En tenant compte du lien à l’emploi ou encore des conditions de logement, six profils de ménages pauvres, inégalement répartis localement, peuvent être distingués. Les ménages retraités constituent plus du quart des ménages pauvres dans les Hauts-de-France comme au niveau national. Les ménages éloignés de l’emploi vivant en logement social sont quant à eux particulièrement représentés dans la région. Troisième profil de ménages pauvres le plus représenté dans les Hauts-de-France, les ménages pauvres en emploi sont particulièrement présents dans le sud de la région et les territoires périurbains.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

L’emploi stagne, le chômage augmente

publié par Insee - Hauts-de-France le

Note de conjoncture

La progression de l’emploi observé au cours des derniers trimestres ne se confirme pas au 2e trimestre 2023. Les
créations de postes salariés dans le secteur public ne suffisent pas à compenser les pertes enregistrées dans le secteur
privé, en particulier dans la construction et l’intérim. Pour le 2e trimestre consécutif, le taux de chômage augmente
légèrement tandis que le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle Emploi continue à diminuer. Tous les pans de
la construction, que ce soit de logements ou de locaux, se replient ce trimestre. Les défaillances d’entreprises sont à
nouveau en hausse et les créations d’entreprises reculent légèrement. L’hôtellerie régionale réalise un très bon
trimestre avec un nombre de nuitées en nette hausse par rapport au 2e trimestre 2022.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Atlas de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le

L’Enseignement Supérieur et la Recherche (ESR) sont des moteurs nécessaires au territoire métropolitain :

  • moteur d’attractivité : avec 125 000 étudiants, la Métropole Européenne de Lille (MEL) est la troisième polarité étudiante française après Paris et Lyon ;
  • moteur de partenariats et d’innovation : une source de dynamisme et de richesse ;
  • moteur économique et sources d’emploi : l’ESR est l’un des premiers employeurs du territoire ;
  • moteur des transformations des territoires : les établissements façonnent le territoire par leurs emprises foncières, leurs patrimoines, les flux qu’ils engendrent et les innovations qu’ils impulsent.

Dans le cadre de l’actualisation du Schéma Métropolitain d’Enseignement Supérieur et de la Recherche (SMESR) de la MEL, l’Agence propose un atlas cartographique permettant de comprendre l’organisation et la répartition territoriale de l’enseignement supérieur et de la recherche.

À travers des cartographies de contexte présentant la démographie étudiante et des focus territoriaux mettant en avant l’intégration des campus dans leur écosystème local, ce document propose une vision synthétique de l’ESR dans la métropole lilloise. Il a été réalisé en collaboration avec la MEL, l’Université de Lille et la fédération de l’Université Catholique de Lille.

Cette étude est téléchargeable sur notre site internet Atlas de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Panorama de la pauvreté en Hauts-de-France : une diversité de situations individuelles et territoriales

publié par Insee - Hauts-de-France le 6 octobre 2023

Kevin Fusillier, Cyril Gicquiaux (Insee)

À partir de 2024, le Pacte des Solidarités prendra la suite de la Stratégie Nationale de Prévention et de Lutte contre la Pauvreté. Afin d’éclairer les acteurs publics parties prenantes de ce Pacte, la Délégation Interministérielle à la Prévention et à la Lutte contre la Pauvreté a sollicité l’Insee pour dresser des panoramas régionaux des différents visages de la pauvreté illustrant la diversité des situations dans les territoires. En France métropolitaine, les Hauts-de-France figurent parmi les régions au plus fort taux de pauvreté monétaire avec quatre de ses départements parmi les plus touchés. Si, quels que soient la classe d’âge ou le type de ménages, les taux de pauvreté y sont supérieurs à la moyenne nationale, les moins de 30 ans et les familles monoparentales apparaissent comme particulièrement exposés. En tenant compte des liens à l’emploi et des conditions de logements, six profils socio-démographiques de ménages pauvres ont été identifiés qui se retrouvent de façon plus ou moins marquée dans chaque territoire. Globalement, les Hauts-de-France se distinguent des autres régions métropolitaines par une surreprésentation des ménages éloignés de l’emploi vivant en logement social mais également, essentiellement dans le sud de la région et dans les territoires périurbains, par une grande part de ménages pauvres en emploi. Des facteurs tels que les difficultés d’accès aux transports, la précarité énergétique, le déficit de formation, l’inadaptation des logements… peuvent venir aggraver les situations de pauvreté monétaire. Ces facteurs ont été regroupés en sept thèmes et appréhendés via une approche territorialisée. Les intercommunalités des Hauts-de-France se distinguent alors par un niveau relativement élevé de fragilité en matière d’insertion professionnelle et de formation initiale.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Stat’Ur Conjoncture Hauts-de-France au 2e trimestre 2023

publié par URSSAF Nord - Pas-de-Calais le 5 octobre 2023

L’emploi salarié privé est stable au 2e trimestre 2023 en Hauts-de-France


Au 2e trimestre 2023, les effectifs salariés des Hauts-de-France sont quasi stables après la hausse observée en début d’année (+ 0,3 %). La région suit la tendance nationale, la décroissance s’observant dans l’ensemble de régions françaises. Au sein des Hauts-de-France, seuls les départements de l’Aisne et de la Somme créent des emplois.

Le recours à l’intérim baisse de nouveau ce trimestre. Sur un an, le bilan est négatif (- 1,7 %).

Le repli des effectifs salariés de la construction ce trimestre (- 1 000 postes) confirme les difficultés du secteur constatées depuis fin 2022. Cette contraction porte le bilan annuel à – 1,1%. Après 9 trimestres consécutifs de hausse, l’industrie perd 200 postes salariés en 3 mois.

Dans le secteur des services hors intérim, les effectifs marquent le pas ce trimestre (0 %), après la hausse de 0,6 % au 1er trimestre. Les effectifs du commerce continuent d’augmenter (+ 0,1 %).

Le secteur de l’hébergement-restauration reste bien orienté avec une croissance continue depuis plus de 2 ans. Ce sont 500 postes qui ont été créés au cours du dernier trimestre.

 

Point de vigilance :

A partir du 1er trimestre 2023, les séries d’effectifs salariés produits dans le cadre de cette publication intègrent les apprentis.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Mémo Agriculture – Alimentation

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le 3 octobre 2023

L’agriculture et l’alimentation du territoire : chiffres clés !

Le Mémo Agriculture – Alimentation 2023 permet de découvrir à travers une série d’indicateurs et de chiffres clés l’ensemble du système alimentaire de la métropole lilloise. Cet outil de connaissance synthétique et pédagogique permet une culture partagée des enjeux alimentaires du territoire : Que produit-on ? Que consomme-t-on ? Quels acteurs engagés ?

Les grands chiffres de la Métropole Européenne de Lille (MEL)
> Les productions : une métropole agricole, les pratiques du territoire
> La transformation : un tissu diversifié de l’artisan au leader industriel mondial
> La distribution : une multiplicité d’acteurs
> La consommation : besoins alimentaires, alimentation et revenus des ménages, santé
> Les déchets : du gaspillage à la valorisation
> L’impact climatique et énergétique
> Un territoire engagé pour l’alimentation de demain
> L’alimentation, demain ?

Vous pouvez télécharger notre étude sur notre site internet Mémo Agriculture – Alimentation — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les capacités financières des collectivités locales en région Hauts-de-France : un indicateur de richesse des territoires

publié par Agence Hauts-de-France 2020-2040 le 2 octobre 2023

Repères Hauts-de-France n°36

 

Les travaux de l’Agence Hauts-de-France 2020-2040 ont porté à plusieurs reprises sur l’identification des fragilités des territoires qu’il s’agisse de travaux sur la vulnérabilité globale (Repères n°29) ou de fragilités plus spécifiques comme l’illectronisme (Repères n° 32). Ces fragilités sont d’autant plus fortes que le financement des collectivités territoriales, issu d’une sédimentation historique et en évolution constante, peut lui-même être source de différenciations. Ce Repères vise à présenter les principaux indicateurs mesurant la richesse des collectivités locales au niveau national et à apporter des éléments de comparaison entre régions. Il cherche également à distinguer et à expliquer, à l’échelle des intercommunalités de la région, les différences existantes en terme de capacités de financement.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

L’essentiel des rencontres – Transitions environnementales – santé environnementale

publié par Piver le

Parmi les rencontres régionales dédiées aux transitions territoriales, deux sont consacrées
aux transitions environnementales. Celle du 8 juin 2023 portait sur les mobilités et les
transports. A l’occasion de la 40e rencontre programmée le 19 septembre, nous nous
intéressons cette fois à la question de la santé environnementale dont Santé Publique
France reprend la définition suivante : « D’après l’OMS, la santé environnementale
comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, déterminés par
les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques
de notre environnement. […] Environnement et santé sont ainsi étroitement imbriqués,
les interactions nombreuses. Le champ de la santé environnementale est d’autant plus
vaste, qu’il prend en compte les facteurs environnementaux comme, par exemple, le
changement climatique ou la pollution de l’air et les expositions à des substances dans les
milieux qui entourent et constituent le cadre de vie […], les habitudes de consommation
[…]) ou le cadre de travail de la population. ». Ces différents aspects seront abordés au
cours des différentes interventions et présentations.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Création d’entreprises dans les quartiers de la politique de la ville : quelles spécificités ?

publié par Agence Hauts-de-France 2020-2040 le 20 septembre 2023

Repères HDF n°35

La création d’entreprises a connu un fort dynamisme dans la région Hauts-de-France ces dernières années. Comme l’a montré une précédente analyse, les territoires jouent un rôle dans le nombre et les types de créations réalisées (Repères n°34). Les espaces urbains et denses sont ainsi porteurs d’une forte dynamique de création. Les analyses montrent également que certains secteurs d’activités, portés par des statuts indépendants, sont très présents.
En application des critères nationaux de définition de la géographie prioritaire, la région compte
199 quartiers de la politique de la ville (QPV) ce qui correspond à 653 409 habitants en 2018.
6 746 créations y sont recensées en 2021. Ces quartiers représentent ainsi 12,8 % des créations
régionales pour 10,8 % de la population régionale. L’analyse à l’échelle de ces quartiers a pour but de rechercher les spécificités de la création dans ce type de territoire.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Les faits de délinquance impactant la vie quotidienne des habitants

publié par ADULM - Agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole le 19 septembre 2023

Depuis la mise en place du premier Schéma métropolitain de sécurité et de prévention de la délinquance (SMSPD) par la Métropole Européenne de Lille (MEL) en 2017, l’Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole accompagne la MEL dans le suivi et la mise en œuvre de ce schéma à travers une mission d’observation.

L’Agence réalise notamment chaque année un état des lieux des faits de délinquance impactant la vie quotidienne des habitants sur le territoire. Cet état des lieux permet de comprendre la répartition territoriale de la délinquance, de mettre en avant les caractéristiques communes, les disparités territoriales et les évolutions à l’échelle de la métropole. Des cartographies réalisées à l’échelle communale permettent de visualiser et de territorialiser les problématiques de délinquance.

La version 2023 de cet état des lieux se veut volontairement plus succincte, sous un format tableau de bord afin d’en faciliter la lecture.

Vous pouvez consulter l’étude sur notre site internet Les faits de délinquance impactant la vie quotidienne des habitants — ADU Lille Métropole (adu-lille-metropole.org)

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Thema N°5 – L’offre commerciale dans le centre-ville d’Amiens

publié par ADUGA - Agence de Développement et d'Urbanisme du Grand Amiénois le 18 septembre 2023

Avec plus de 13 500 habitants (INSEE, 2022), un amiénois sur dix réside dans le centre-ville d’Amiens. Son rayonnement est toutefois bien plus important avec 28 000 emplois recensés (INSEE, clap 2014), 12 000 étudiants inscrits (DESR, 2019) et près de 950 chambres hôtelières et parahôtelières (ADUGA, 2023). En tant que lieu de convergence des flux, le centre-ville est aussi le coeur commercial de la métropole.
Cette publication présente un état des lieux de l’offre commerciale dans le centre-ville d’Amiens à partir du traitement de données Codata.
Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Dans les Hauts-de-France, des déplacements domicile-travail plus émetteurs de CO2

publié par Insee - Hauts-de-France le 13 septembre 2023

Géraldine Caron, Solène Hilary (Insee)

En 2019, pour leurs trajets domicile-travail, les actifs des Hauts-de-France émettent en moyenne 833 kg de gaz à effet de serre (GES) en équivalent CO2 (CO2e) par an, soit 7 % de plus qu’en France de province. Ils parcourent en moyenne de plus longues distances (129 km par semaine contre 114 km en province). Toutefois, rapportées au nombre de km parcourus, leurs émissions sont les plus faibles de province (124 g/km contre 131 g/km), grâce à un usage plus fréquent des transports en commun pour les longs trajets.

Les habitants des pôles émettent deux fois moins de CO2e que ceux vivant dans les couronnes ou au-delà. En effet, ils parcourent des distances en moyenne plus courtes et se déplacent plus souvent à pied, à vélo ou en transports en commun. Les déplacements en dehors d’un pôle ou de sa couronne sont particulièrement émetteurs.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

La région moins exposée aux épisodes de hausses anormales de température dans les prochaines décennies

publié par Insee - Hauts-de-France le

Noémie Grandperrin (Insee)

Les simulations climatiques prévoient une augmentation du nombre de journées et de nuits anormalement chaudes au cours des périodes estivales des 30 prochaines années. Grâce à la présence de son littoral, les Hauts-de-France seraient tout de même moins touchés que d’autres régions plus continentales. Pour autant, 9 % des habitants de la région seraient, en été, exposés à des températures supérieures d’au moins 5 °C aux normales de saison, durant plus de 15 journées et 7 nuits.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Artois Douaisis : un marché du travail en interaction croissante avec les territoires avoisinants

publié par Insee - Hauts-de-France le

Série Territoires des Hauts-de-France

Xavier Daudré, Line Leroux (Insee)

En 2020, le Pôle Métropolitain de l’Artois Douaisis abrite 431 915 habitants. Entre 2014 et 2020, sa population est stable, comme à l’échelle régionale. Le nombre d’emplois progresse (+0,6 % entre 2013 et 2019 contre -0,6 % en Hauts-de-France) et le marché du travail est de plus en plus intégré aux territoires environnants, avec lesquels les navettes domicile-travail s’accentuent. Si le niveau de vie de la population est dans la moyenne régionale, localement les situations sociodémographiques sont contrastées.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Un diagnostic littoral partagé validé !

publié par Agence Hauts-de-France 2020-2040 le 2 septembre 2023

Notre dernière lettre d’information revient sur les travaux du Parlement de la mer, qui se sont déroulés le 30 juin à Boulogne-sur-Mer.

A l’invitation du Président Jean-François Rapin, l’équipe projet a partagé un premier diagnostic du littoral, validé par l’assemblée. Les participants ont ensuite assisté à des ateliers pour échanger sur quelques grands enjeux identifiés.

Denis Lacroix, responsable de la prospective à l’IFREMER, a aussi sensibilisé l’auditoire aux conséquences du réchauffement climatique sur les littoraux , et aux stratégies possibles pour y faire face.

N’hésitez pas à faire circuler cette lettre auprès des personnes qui pourraient être intéressées et à nous contacter si vous avez des questions.

Nous vous en souhaitons une bonne lecture !

L’équipe projet du chantier littoral

 

Retrouver l’ensemble des travaux du chantier littoral sur le site de l’Agence Hauts-de-France 2040, ainsi que ceux spécifiques au Parlement de la Mer

Quelle attractivité pour le Littoral des Hauts-de-France en 2040 ?

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Insertion professionnelle en deux ans (cohorte 2018-2019)

publié par Région académique Hauts-de-France le 22 août 2023

Cette publication présente les taux d’emploi à 2 ans des apprentis et des lycéens professionnels calculés à partir du dispositif Inserjeunes. Ces données concernent la cohorte des jeunes sortis de formation en 2018 et 2019, la première suivie par le dispositif et pour laquelle des données sur les parcours depuis leur sortie sont disponibles. Les indicateurs sont présentés à l’échelle des académies et de la région Hauts-de-France.

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

La région académique Hauts-de-France en chiffres édition 2022-2023

publié par Région académique Hauts-de-France le

L’essentiel des données sur les enseignements primaire et secondaire, mais également sur l’enseignement supérieur et l’insertion professionnelle dans les Hauts-de-France en 10 rubriques : 1er degré,  2nd degré,  éducation prioritaire, apprentissage, enseignement supérieur, parcours scolaire, réussite aux examens, insertion professionnelle, ressources humaines et budget

Voir l'étude
RSS
Suivre par Email

Rapport d’activité 2022 – Aduga

publié par ADUGA - Agence de Développement et d'Urbanisme du Grand Amiénois le 17 août 2023

Il est un mot qui a été particulièrement présent, dans les travaux conduits  par l’ADUGA, au cours de l’ensemble de cette année 2022, c’est celui de foncier. Ce fait, en soit, n’est pas totalement nouveau, il s’agit d’un sujet qui intéresse et qui interroge depuis toujours les élus locaux. Mais  ce sont les verbes d’action qui lui sont associés qui ont évolué avec le temps et qui portent ainsi témoignage de la transition en cours dans les façons de l’aborder.
Voir l'étude
RSS
Suivre par Email
Twitter